Des fleurs sur un champignon

Lors de son (trop) court séjour à Rennes chez l’ouvrière, le champignon s’est retrouvé bien malgré lui dans le lieu magique du quartier Sainte Anne, où l’on peut à loisir chiner de jolies perles, breloques et petits boutons de bottine à se damner, j’ai nommé la Droguerie !

À la base, le champignon n’est pas trop fan, il faut dire aussi qu’il n’est pas très doué pour tout ce qui concerne les activités manuelles (il a la flemme quoi !).

Mais il a suivi l’ouvrière qui cherchait du matos pour faire des B.O. à ses copines (et pour elle aussi…). Il y avait du monde ce jour-là, le champignon s’est impatienté (du genre « mais qu’est-ce que je fais ici ?! »), il lançait des regards noirs à l’ouvrière… Alors, parmi toute cette foule, le champignon a fait de grands signes à sa soeur qui traîne toujours un certain moment du côté de la laine, il a attrapé tous les catalogues et les lui a collé sous le nez. L’ouvrière, toujours obéissante (hum…), s’est attelée à la tâche.

Et là, il s’est passé une chose incroyable (en tout cas, pour l’ouvrière, c’est une première !), le champignon s’est emparé de quelques catalogues et les a feuilletés avec beaucoup d’intérêt. Des boucles d’oreilles, hum hum, pas mal, des bracelets, mouais, ça va, et ce collier… CE collier ! Il est trop beau ! Il est carrément fait pour un champignon joli comme mon champignon !

Evidemment, comme me l’a dit le champignon sans détours à la Droguerie, il n’était pas question qu’il fasse ce collier lui-même. « Bah non, comme tes copines, je passe commande… ». Il est pas un peu gonflé quand même ? Mais l’ouvrière, toujours bonne pâte, n’a pas trop râlé, ça lui permet de pratiquer et de manipuler plus souvent ses pinces de bricoleuse, elle apprend à former des anneaux de plus en plus parfaits, et, the last but not least, elle a la permission de porter le fameux collier quand elle repassera par Rouen

Fleur_champi3Fleur_champi6                  

Comme d’habitude, le champignon a trépigné et a un peu crâné, mais comme il est reparti, et que l’ouvrière se sent un peu tristounette, c’est pas si grave, elle veut bien lui pardonner cet excès de narcissisme… Mais il est pas un peu trop gâté, le champignon, depuis quelque temps ? Je crois que l’ouvrière devrait suivre une thérapie pour se libérer de son emprise, il devient de plus en plus certain qu’elle a subi un lavage de cerveau…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s