Décidément bucolique…

Aujourd’hui, attention ça va vous étonner, l’ouvrière ressort les fleurs… Mais bientôt, elle va revenir à des choses plus sérieuses, le tricot, la couture, tout ça tout ça… (même si les uns n’excluent pas les autres !)

Bucolique

Que je vous explique. À l’Atelier, l’ouvrière a entassé tout un tas de matos inutilisés, une sorte de rebut quoi, qui crie au désespoir chaque fois que l’ouvrière passe à proximité de son sac à bijoux, au point que ça l’empêche de dormir la nuit, c’est dire. L’ouvrière, ainsi harcelée, n’en pouvait plus, elle a décidé qu’il fallait faire quelque chose. Alors elle a réuni tous ses bouts de chaines et de biais liberty, a pris ses pinces de bricoleuse, et elle a réfléchi sur comment on transforme des restes épars en beaux bijoux (je peux vous dire que ce n’est pas si simple d’assortir tout ce petit monde, parce que le but c’est quand même de créér des bijoux que l’on va pouvoir porter…).

Bucolique3 Bucolique2

Au final, l’ouvrière s’en est sortie sans crise de nerfs ni massacres sanglants, elle a réussi la transformation. Les bouts de chaines et le liberty se sont tout de suite plus et se sont assortis à merveille, l’ouvrière n’a rien eu à réajuster. En fait, elle avait repéré un modèle de sautoir avec un noeud pap’ à la droguerie, mais bon, les sautoirs, mouais, bof, l’ouvrière n’est pas trop fan, elle a du mal avec ce concept. Elle ne sait jamais comment les porter et les assortir avec ses fringues. Alors qu’avec un bracelet, c’est top, c’est joli bras nus ou même avec un petit gilet (nan, c’est vrai quoi, vous aviez remarqué que les sautoirs avaient la taille d’un stade de foot ?…). Et là, l’ouvrière est contente, son bracelet lui va bien. C’est un vrai problème d’habitude parce qu’elle ne trouve jamais de bracelets à sa taille, elle a des poignets tout maigrichons, alors elle ne s’en achète que très rarement. Et, quand c’est le cas, ses bracelets veulent toujours se faire la malle dès que l’ouvrière baisse les bras…

Bucolique4

Enfin bon, c’est bien mignon tout ça, mais pendant ce temps, l’ouvrière ne se tricote pas de laines douillettes pour survivre cet hiver, et elle a même la flemme n’a pas le temps de finir les tricots qu’elle destine à sa famille et à ses amis… Allez, hop hop hop, l’ouvrière va boucler son travail universitaire vite fait bien fait pour pouvoir faire sa tricopathe sans scrupules ! C’est encore les vacances, quand même ! ^^

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s